se soigner naturellementt

Se soigner naturellement : agir sur le plan physique

Dans cette suite à l’article « Comment guérir vraiment ? » (Que vous pouvez encore lire en cliquant sur ce lien) je vais partager avec vous, comme promis, les quatre étapes du parcours que j’ai entrepris avec l’objectif de me guérir _ à commencer par se soigner naturellement en agissant sur son corps_ et qui m’a amenée vers une nouvelle compréhension de la santé.

Se soigner naturellement, UNE EXPLORATION GLOBALE

Je parle d’étapes, mais en définitive, ce parcours n’a pas été complétement linéaire. La première marche a été pour moi comme l’assise de la suivante et ainsi de suite mais chaque marche donne accès à un univers à explorer toujours plus en profondeur, ces univers s’imbriquent les uns avec les autres, communiquent entre eux, et leur exploration n’est jamais terminée. C’est soi-même que l’on apprend à connaître, jour après jour, toute une vie durant. A mon sens, il n’y a pas de guérison réellement possible sans avoir exploré ces quatre plans : le plan physique, le plan émotionnel, le plan mental et le plan existentiel, car être en santé et se soigner naturellement, c’est finalement être en accord avec soi, répondre à ses vrais besoins et se respecter pleinement ! C’est ainsi que les médecines traditionnelles de tous les horizons géographiques ont toujours conçu la santé depuis des millénaires, en considérant l’Être dans sa totalité. C’est devenu une évidence pour moi, juste une question de bon sens… je ne peux plus considérer le corps comme une simple machine qui déraille de manière aléatoire, mon corps, c’est l’expression-même de ce que je suis, de mes actes, paroles, pensées : je vois que ce qui se joue sur le plan physique est au diapason de tout le reste même si ce n’est pas toujours facile à percevoir dans un premier temps…

se soigner naturellement corps
EN ACCORD AVEC SOI SUR TOUS LES PLANS

Quand un dysfonctionnement s’est présenté dans le corps, c’est que quelque chose a perturbé et entravé son bon fonctionnement sur l’un ou plusieurs de ces plans (souvent inter corrélés), et même si une opération chirurgicale, un traitement ou une médication classique ont permis de sauvegarder notre vie ou d’enrayer des symptômes devenus trop lourds à porter voire dangereux (il est indispensable de recourir à la médecine classique quand l’équilibre du corps a été perturbé de longue date et que ces perturbations constituent un risque vital), la cause profonde de ce dysfonctionnement est toujours là, et si l’on ne se prend pas en main, si l’on ne change rien en nous et autour de nous, un autre dysfonctionnement surgira tôt ou tard. Alors en quoi avons-nous nuit à la vie en nous ?

1er univers : se soigner naturellement sur le plan physique

Mon corps peut parfaitement se soigner naturellement si je ne l’en empêche pas !

Ma première prise de conscience a concerné le plan physique. La découverte de la naturopathie a été une révélation pour moi, elle m’a permis de voir le corps différemment, de comprendre toutes ses manifestations, ses symptômes que je croyais hasardeux (la faute à pas de chance !), et de saisir le devoir que j’avais envers lui : les naturopathes parlent de notre corps comme d’un « terrain » dont on hérite via nos parents et qui est en plus ou moins bon état et avec ses points forts et faiblesses constitutives selon l’histoire de nos ancêtres et la façon dont eux-mêmes ont pris soin de leur terrain (pour approfondir ce sujet, n’hésitez pas à lire mon article sur les diathèses, vous allez tout comprendre !) : ainsi je peux naître avec un terrain riche, fertile, parfaitement entretenu et équilibré ou avec un terrain déjà dégradé, particulièrement sensible à telle ou telle agression et qui a tendance à fatiguer et à réagir par un ensemble de manifestations plus ou moins localisées, dérangeantes et sérieuses. Dans le premier cas, j’ai de la « chance » et j’ai moins de risques de développer des pathologies graves à moins d’être un vrai saccageur de terrain. Dans le second cas, j’ai moins de « chance »  (j’étais dans ce cas !) mais rien n’est perdu car c’est à moi de restaurer et d’enrichir mon terrain autant que possible ! Et il n’y a même pas besoin de s’user à la tâche et de recourir à un tas de produits : en fait, c’est incroyable mais il n’y a RIEN à faire, c’est un peu le principe de la jachère, si on laisse un sol en repos, il va NATURELLEMENT ET SPONTANÉMENT se rééquilibrer avec le temps, à condition bien sûr de ne pas interrompre ce processus !

se soigner naturellement
RETOUR A L’ÉQUILIBRE = LAISSER FAIRE

En fait, le corps est un Tout qui s’entretient et se régule parfaitement TANT QU’ON NE LUI FAIT PAS ENTRAVE. Il y a une intelligence extraordinaire dans tout organisme qui le maintien en vie et qui lui permet de survivre en cas d’agression autant qu’il est possible : il a la capacité innée de se soigner naturellement et spontanément ; il retourne toujours à l’équilibre grâce à ses systèmes de régulations. C’est LE PRINCIPE de l’HOMEOSTASIE (principe scientifique biologique dont je vous ai déjà un peu parlé dans la première partie d’article ! Capital à comprendre !) Il n’y a donc aucune raison de ne pas rester en santé, et ce même à un âge avancé, dans la mesure où je permets à mon corps de fonctionner normalement, que je ne lui mets pas de bâtons dans les roues !

Et ne pas lui mettre de bâtons dans les roues c’est simplement répondre à ses besoins fondamentaux. Si je n’y réponds pas, cela aura trois conséquences à l’origine de l’ensemble des pathologies. Ces conséquences sont : lintoxication, les carences et les dysrégulations. On ne peut pas exiger que notre organisme fonctionne bien si l’on ne respecte son mode d’emploi, c’est aussi bête que cela. Mais ce mode d’emploi, souvent, on néglige de le lire et de le suivre (pas vrai ?), on se dit qu’on se débrouillera bien et l’on fait les choses « à sa sauce », selon ses envies, en ignorant les répercussions, jusqu’au jour du plantage et c’est à ce moment que l’on se ressouvient du mode d’emploi. Certains chercheront les consignes de dépannage ou le numéro du SAV en maugréant et en se plaignant, ils se feront remplacer une pièce et… recommenceront les mêmes erreurs jusqu’à une plus grosse panne et cette fois-ci hors des limites de la garantie ! D’autres réaliseront à ce moment qu’ils n’ont en fait jamais bien suivi les consignes d’usage et sauront réajuster le tir à temps…

se soigner naturellement corps
SUIVRE LE MODE D’EMPLOI

Alors quel est ce mode d’emploi que j’avais tant négligé pour en venir à me sentir si mal et à voir mon « terrain » se dégrader d’année en année ?

Ce dont mon corps a besoin pour se soigner naturellement

Mon corps demande des choses toutes simples pour bien fonctionner sur un plan matériel et se soigner naturellement:

  1. une eau de qualité,
  2. un air de qualité,
  3. une alimentation de qualité et parfaitement adaptée à sa physiologie,
  4. du repos, de la détente,
  5. de la luminosité, du mouvement,
  6. du contact avec la nature et avec les autres

Tellement simples qu’on minimise leur importance (on aime les choses compliquées ! Nous traînons la croyance absurde que plus c’est complexe, plus c’est pointu ! Mais le problème de la pointe c’est qu’elle a perdu l’étendue de son champ de vision, elle se perd en détail et n’a plus de recul, de perspective globale). Simples, mais devenues pourtant bien rares … Soyons lucides une seconde : mon eau est polluée, traitée, dévitalisée (je vous invite fortement à voir le reportage de Sophie Le Gall « du poison dans l’eau du robinet » de 2013), mon air est dans le même état (à voir aussi le reportage d’arte « Irrespirable » de 2016), quand à mon alimentation, elle aussi  est dénaturée, carencée (ce sont des calories vides !), corrompue (à ce sujet, le reportage « Notre poison quotidien » de Marie-Monique Robin en 2010). Ce sont pourtant ces facteurs qui apportent à mon corps toutes les molécules qui le construisent et lui permettent d’opérer toutes ses régulations et ainsi d’éviter la maladie. Cela n’a rien d’abstrait, c’est de la physique et chimie organique de base ! Oxygène, hydrogène, azote, carbone, minéraux, vitamines et oligo-éléments… tout ceci nous constitue mais si des molécules inadaptées, non reconnaissables ou encrassantes pour le corps viennent s’y mêler et s’y substituer, ou s’il nous manque des éléments par exemple des micro-nutriments, cela revient à vouloir bâtir un édifice solide avec des matériaux complètement dégradés ou inappropriés. C’est ainsi que l’on créé de l’intoxication et des carences dans notre corps, puis des dysrégulations à l’origine de maladies car l’organisme ne peut assurer ses régulations et donc l’homéostasie du corps si on ne lui donne pas les moyens matériels de le faire correctement !

se soigner naturellement
RÉPONDRE AUX BESOINS DU CORPS DANS UN MONDE POLLUE

Aujourd’hui, même quelqu’un qui tente de mener la vie la plus saine possible, se trouve malgré lui exposé. Nos bébés, qui n’ont rien demandé, naissent déjà avec des molécules chimiques dans le sang ! Nous voudrions les protéger de tout, mais à peine la poussette sortie dans la rue, les voilà à la bonne hauteur pour inhaler tous les gaz des pots d’échappement… C’est là que l’on réalise notre responsabilité collective dans notre état de santé. Si nos choix individuels entretiennent un mode de vie collectif qui dégrade notre environnement, nous contribuons à favoriser nos maladies. L’écologie est donc avant tout se faire du bien à soi et à nos enfants avant même de faire du bien à la planète, car notre santé est en fait corrélée à l’état de santé du monde. Par conscience, si je veux retrouver la santé, je vais donc être amené à faire des choix de consommation pour un monde plus sain mais aussi des choix de vie différents. On ne peut espérer être en pleine santé tout seul dans ce monde, car nous sommes tous liés… Mais nous en reparlerons dans le dernier volet de cette série d’articles…

Notre alimentation, le facteur clé pour se soigner naturellement

Si on a souvent peu de moyens d’agir directement sur la qualité de notre air et difficilement sur notre eau en revanche, on peut faire beaucoup pour notre alimentation et elle nous le rendra bien ! En assurant cette base de qualité, le corps est déjà bien mieux paré pour gérer les autres agressions et s’en prémunir, c’est comme s’il avait une botte secrète. Le souci, c’est que là encore, le mode d’emploi a été laissé de côté et aujourd’hui chacun est confronté à quantités d’informations contradictoires en matière d’alimentation : « on ne sait plus quoi manger »… c’est bien pourquoi nous mangeons « de tout », faute de savoir ce pour quoi nous sommes faits ! Et force est de constater que cette façon de manger ne nous maintient pas forcément en santé. Beaucoup d’entre nous croient bien manger, parce qu’ils mangent « varié et équilibré » mais encrassent pourtant leur organisme avec des aliments non adaptés à la physiologie du corps humain. Nous sommes des omnivores mais cela ne veut pas dire que l’on peut manger n’importe quoi en n’importe quelles proportions, et sous n’importe quelle forme ou combinaison ! Les produits qui occupent les étagères des supermarchés ne méritent pour la plupart pas le nom d’ « aliment », ce sont des produits déséquilibrés, dévitalisés, et acidifiants mais qui nous rendent addicts et permettent aux lobbies de faire de l’argent par notre gavage. Le problème majeur en matière d’information diététique est que l’influence des lobbies de l’industrie agroalimentaires est si forte qu’elle conduit à faire la promotion de produits qui sont en fait délétères pour notre santé ou à atténuer ou empêcher les véritables mesures de prévention et même à remettre en cause des études scientifiques à l’encontre de leurs profits : il existe des intérêts financiers majeurs autours de certaines marques et de certaines filières comme celle du vin, de la viande, des produits laitiers, du sucre et des céréales, véritables piliers économique de la France et par conséquents quasi intouchables. Or, même si certaines de ses denrées alimentaires sont consommées depuis des siècles, elles ne l’ont jamais été dans des proportions telles, n’ont jamais été d’une qualité aussi douteuse, et ne devraient en aucun cas constituer notre base alimentaire.

RETROUVER CE POUR QUOI NOUS SOMMES FAITS
RETROUVER CE POUR QUOI NOUS SOMMES FAITS

En définitive, notre système digestif correspond à celui des grands singes et notre alimentation devrait donc être très largement constituée de végétaux et de fruits frais, de noix et graines, et d’une portion très réduite de produits animaux. J’ai désigné sous l’acronyme APV (Alimentation Pleine Vitalité), l’alimentation qui apporte le plus de vitalité à l’organisme : A comme Authentique, P comme Physiologique, V comme vivante. C’est l’alimentation parfaitement adaptée à notre corps et qui lui permet de se réguler et se réparer alors qu’une alimentation « normale » conduit à une dégradation plus ou moins lente. En privilégiant les aliments non trafiqués, non transformés, non cuits, tels que la nature nous les donne, nous captons un maximum d’énergie et de vie : ils nous transmettent leur énergie solaire transmuée par la photosynthèse, leur dynamisme électromagnétique, leur richesse en micronutriments, leur pouvoir d’alcalinisation, et aussi leur eau de qualité. Alors que l’alimentation lambda nous apporte son lot de poisons (pesticides, fongicides, additifs…), ont perdu beaucoup de leurs micronutriments (ou ont été supplémentés en micronutriments de synthèse), leur dynamisme moléculaire, ainsi que leur eau à force de transformation ou de cuisson et sont fortement acidifiants.

Se soigner naturellement c’est aussi revenir aux rythmes naturels

Mais la meilleure alimentation n’est rien si je ne respecte pas les rythmes de mon corps. nous sommes trop souvent soumis au stress et nous ne respectons pas nos besoins de détente et de repos, ni de mouvement et d’exposition à la lumière naturelle. Le monde du travail nous sollicite souvent à l’excès, nous contraint à une cadence folle couplée parfois aux exigences de la vie familiale. Nous n’avons plus la possibilité d’écouter notre corps quand les exigences sociales nous poussent à respecter des horaires rigides et parfois très décalés par rapport aux rythmes naturels. Les « accros ou esclaves du travail » épuisent leur système nerveux ; les burn-out deviennent une réalité sociale courante. Le contact avec la nature, l’exercice et l’exposition au soleil devrait permettre la récupération et la régulation de notre système nerveux et endocrinien mais nous sommes presque constamment enfermés sous un éclairage artificiel et dans la sédentarité la plus complète ou soumis à des mouvements usants. Et quand la pratique sportive devient excessive parce qu’elle est pratiquée par addiction à la stimulation, elle épuise encore davantage le corps. C’est une mise en mouvement régulière et amenant à des efforts et postures variés, d’une intensité variable, et en poids de corps, à la fois en renforcement et en étirement, qui est la plus adaptée à l’organisme.

se soigner naturellement corps
S’AUTORISER LE REPOS AU SEIN DE LA NATURE

Beaucoup d’éléments de notre vie moderne sont sources de stress pour l’organisme ou de stimulation excessive : l’exposition au bruit, à l’éclairage artificiel, aux émissions des appareils électro-ménagers, aux écrans qui devient pourtant banale et prolongée, aux ondes notamment des portables et wifi qui, elle, est devenue constante… impossible d’y échapper ! Tout ceci déclenche la réaction de stress de l’organisme à la manière d’une agression sournoise et qui dure dans le temps. C’est le pire stress possible car il n’est pas suivi d’une décharge de l’organisme. Normalement, face à une agression, l’organisme réagit par la fuite ou la lutte ou encore se fige puis décompense vivement. Mais face à ce genre de stress insidieux et permanent, le corps ne trouve plus de repos et reste perpétuellement en tension. Le résultat, c’est l’épuisement de notre système nerveux et de notre système endocrinien. Or ce sont eux qui permettent toutes les régulations de l’organisme ! S’ils s’épuisent c’est l’homéostasie de notre corps qui est perturbée et donc nous allons droit à la maladie, un cercle vicieux se crée : le corps s’auto-intoxique de plus en plus, assimile et métabolise mal ce qui créé des carences et son fonctionnement global est disharmonieux.

Toutes les agressions que nous faisons subir à notre corps, conduit aussi à un débordement et un épuisement du système immunitaire, le troisième système de régulation du corps avec le système nerveux et endocrinien.

En résumé pour se soigner naturellement sur le plan physique…

Ainsi, s’engager à retrouver sa vitalité sur le plan physique (comme sur les autres plans) conduit à faire des choix qui respectent la vie à toutes les échelles. C’est du simple bon sens. Aucun organisme vivant dans la nature ne peut persister s’il fait des choix contre nature. Mais contrairement aux animaux instinctifs, nous avons notre libre arbitre et c’est à nous de poser consciemment les choix qui entretiennent la vie en nous. Si nous ignorons ou dédaignons ces besoins fondamentaux de l’organisme humain, il nous faut accepter les conséquences inévitables. C’est un simple rapport de cause à effet !

se soigner naturellement corps
SE SOIGNER VRAIMENT OU DÉPENDRE DE BÉQUILLES

Les maladies qui explosent ou apparaissent dans notre société sont directement liés au non respect des besoins fondamentaux du corps. Les symptômes, bénins ou graves, et aussi différents soient-ils, ne sont que la manifestation d’un déséquilibre global généré par l’intoxication, les carences et les dysrégulations causées par notre non respect de notre mode d’emploi ! Selon mon terrain et l’héritage de mes ancêtres, c’est telle ou telle zone de mon corps qui va faiblir ou se manifester en premier (pour mieux comprendre cela, lisez l’article sur les diathèses) et si je néglige ce signe ou me contente de le faire taire par la prise de médicaments ou une opération, le déséquilibre se fera plus profond et les symptômes plus lourds, ils s’installeront dans le temps et toucheront de plus en plus gravement à mes fonctions organiques jusqu’à mettre ma vie en péril.

Par exemple, beaucoup de nos symptômes sont liés à l’intoxication : Notre corps produits des déchets sans arrêt de par son fonctionnement normal, mais notre mode de vie génère trop de toxiques et toxines supplémentaires (alimentation inadaptée et polluée, air et eau polluée, usages de cosmétiques, produits ménagers, textiles, matériaux polluants) si bien que le corps se trouve débordé. Ses deux organes d’élimination principaux, les intestins, les reins, sont malmenés (générant des maladies du système digestif des simples ballonnement aux maladies de Crohn), dégradés, débordés. Ainsi les maladies cutanées sont le reflet de l’intoxication du corps qui tente de rejeter ses déchets acides par une voie de sortie secondaire, la peau qui devient sèche puis irritée, enflammée. Il en va de même pour nos poumons. Mais le mauvais fonctionnement de nos organes d’élimination est aussi causé par notre stress et l’inflammation et l’épuisement qui en découle : le non respect de nos rythmes et les agressions de notre vie moderne affaiblissent notre système nerveux et hormonal (les surrénales en particulier) au point que le corps n’a plus l’énergie nécessaire pour un bon fonctionnement des reins et des intestins mais aussi pour sa production d’énergie et produit lui-même des toxines en excès comme un moteur encrassé. Sous l’afflux de toxines et de polluants, notre corps souffre de pathologies liés au système immunitaire jusqu’aux graves pathologies auto-immunes, aggravées elles aussi par l’épuisement des systèmes nerveux et endocrinien qui peuvent réguler l’immunité. Les simples maladies inflammatoires qui sont légion : toutes les maladies en -ites sont le résultat de ces agressions perpétuelles (en particulier de notre alimentation pro-inflammatoire !), notre corps réagit mais ses réactions deviennent chroniques.  Quand l’intoxication est trop grande, le fonctionnement cellulaire est atteint au point de générer les cancers.

se soigner naturellement corps
LA MALADIE AU BOUT DU CHEMIN DU NON RESPECT DES BESOINS DU CORPS

Les questions à se poser pour faire le bilan sont donc  : Est-ce que…

  • Je respire un air sain
  • Je bois une eau de qualité
  • J’ai une alimentation APV
  • Je pratique une mise en mouvement régulière
  • J’ai un train de vie plutôt serein et qui me ressource
  • J’ai une exposition limitée au stress électronique et aux ondes
  • Je suis régulièrement au contact de la nature
  • Je dors et me repose, me relaxe suffisamment ?

C’est autant de pistes d’exploration à creuser pour reprendre la voie de la santé. C’est par là que tout a commencé pour moi et je continue encore aujourd’hui à faire le maximum pour répondre de mieux en mieux à ces besoins du plan physique en cherchant comment y ajuster mes choix de vie : au bout de quelques changements alimentaires, par exemple,  à commencer par l’arrêt des laitages et du gluten, j’ai vu de nettes améliorations, fin des migraines quotidiennes et de l’inconfort digestif. Puis j’ai opté pour un panier bio par semaine dans une AMAP pour ajouter des légumes et fruits de qualité à mon alimentation. Aujourd’hui, je mange complètement bio à quelques exceptions près, et une quantité de fruits et de légumes qui vous paraîtrait peut-être extraordinaire, notamment passés en jus frais à l’extracteur ou en smoothies et donc souvent crus. Ma tendance à la dépression, à la fatigue chronique et mes douleurs (qui parfois me traversaient comme une lame de couteau) dans le dos ont disparues, de même pour les palpitations et les vertiges.

se guerir naturellement corps
SE LIBÉRER ET GUÉRIR VRAIMENT

Vous pouvez avoir une action sur toutes pathologies à partir de la modification de votre mode de vie, en particulier de l’alimentation sur laquelle nous avons facilement prise, tout simplement parce que chaque manifestation particulière symptomatique n’est que le signe d’un désordre global dans le corps du à l’intoxication, aux carences ou aux dysrégulations. Cette action sera profonde et restaure véritablement l’organisme pour qu’il n’ait plus besoin de béquilles médicamenteuses.

Pour aller plus loin et se soigner naturellement quand mon terrain est déjà bien dégradé

Il existe aussi des moyens naturels, d’aider son corps à reprendre le dessus quand on est allé un peu trop loin par exemple les monodiètes, les jeûnes, les cures, les jus frais que nous aurons (ou avons déjà eu) l’occasion d’explorer dans d’autres articles ! difficile de tout dire ici. Je voulais juste poser avec vous les principes de base, ceux qui ont changé ma vie.

Mais l’exploration est loin d’être terminéeNotre état physique nous révèle bien des choses sur notre état émotionnel et tant qu’il n’est pas pacifié, notre corps peut continuer à souffrir et voir ses si précieuses régulations freinées. rendez-vous pour la suite de notre article pour se soigner naturellement en agissant cette fois-ci sur le plan émotionnel puis mental.

Restons en contact

Soyez informé de notre actualité et recevez votre cadeau : nos 10 principes clés au service de votre vitalité et de votre épanouissement

1 commentaire sur "Se soigner naturellement : agir sur le plan physique"Donnez votre opinion →

  1. Je trouve toute cette approche très intéressante, je suis moi même sur cette voie depuis presque 2 ans maintenant car il est difficile d’y venir du jour au lendemain sans comettre des erreurs, alors merci à vous pour tout ce que vous faites car vous permettez aux personnes comme moi, de continuer sur le chemin qui mène à la pleine santé et à la sérénité.
    Cordialement
    Roland

Laisser un commentaire