huiles essentielles à avoir dans son tiroir indispensables meilleures

Les 15 huiles essentielles à avoir dans son tiroir ! Fil rouge n°1

Et nous voici de retour pour la suite du fil rouge spécial naturopathie  sur le thème des huiles essentielles (pour les autres thèmes, cliquez ici). Si vous n’avez pas encore lu la première partie de cet article, c’est ici ! Vous apprendrez pourquoi les huiles essentielles ont le pouvoir de nous protéger et de rétablir l’équilibre dans notre organisme en agissant sur ses systèmes de régulation les plus profonds : le système endocrinien et nerveux ! Et maintenant, comme promis, après la théorie, passons à la pratique… voici la liste magique, celles des huiles essentielles à avoir sous la main en toutes circonstances.

Les 15 Huiles essentielles à avoir dans son tiroir !

Les huiles essentielles à avoir pour résister aux infections, amies de l’hiver :

Origan : l’HE anti-infectieuse n°1 ! Antivirale, antibactérienne, antifongique, elle stimule le système immunitaire et est un tonique général pour l’organisme. Attention, cette HE est agressive pour les muqueuses (voir précautions d’emploi plus loin dans cet article !).

Eucalyptus radiata : Précieuse en cas de problèmes ORL (rhinite, sinusite !) et bronchopulmonaires. Anti virale et anti infectieuse, elle stimule l’immunité.

Ravinstsara : La grande HE antivirale ! Indiquée en cas de grippe, herpès, infections ORL et pulmonaires

Niaouli : L’HE des infections respiratoires chroniques, des sinusites et rhumes ! C’est une antimycobactérienne remarquable (action sur le candida albicans). En bonne synergie avec l’HE de ravinstara.

Tea tree : Antibactérienne à large spectre, stimule très efficacement les différents acteurs de l’immunité.

Citron : pour la désinfection de l’air, surtout en période de maladies contagieuses. Utile aussi en cas de mal des transports ou de nausée !

Le pouvoir des plantes aromatiques
Le pouvoir des plantes aromatiques

Les huiles essentielles à avoir pour un coup de pouce au système nerveux et endocrinien :

Lavande : HE pour la détente ! Elle lutte contre l’agitation nerveuse, l’anxiété et les maladies psychosomatiques. Bonne HE pour la peau également, souvent affectée par le stress.

Basilic : la grande HE antispasmodique ! A utiliser pour la régulation nerveuse. Très utile aussi en tonique digestif.

Epinette noire : en cas d’épuisement des surrénales (cortisone-like, hormone surrénalienne), coup de pompe du au stress. Le Pin sera aussi très bénéfique dans ce cas et d’un énorme soutien en cas de fatigue profonde et de lassitude face à la vie !

Ylang-Ylang : Contre l’irritabilité, le stress, l’insomnie et tensions cardiaques, stimule aussi la libido.

Les huiles essentielle cocooning
Les huiles essentielle cocooning

Les huiles essentielles à avoir pour une action ciblée sur les soucis de santé du quotidien

Cyprès : Pour les problèmes de circulation veineuse et lymphatique (oedèmes des jambes, varices mais aussi hémoroïdes…)

Helicryse : anti bleus ! C’est l’arnica amélioré, idéale en cas de choc.

Gaulthérie : pour les sportifs, utile en cas de contractures, élongations, tendinites, crampes musculaires, traumatismes.

Geranium rosat : pour une belle peau, elle agit sur divers problèmes cutanés grâce à son astringence (acné, eczéma, candidose, psoriasis…). Utile aussi contre les saignements par son action hémostatique.

Citronnelle : Pour l’été, afin de faire fuir les moustiques !

Huiles essentielles à avoir et utiliser en synergie dans quelques pathologies

malade ? ayons le réflexe huiles essentielles !
malade ? ayons le réflexe huiles essentielles !

Sinusites thym, sarriette, cannelle ou girofle pour leur action antiseptique majeure / pin pour son action globale sur la fatigue et toutes les inflammations pulmonaires et ORL  / niaouli ou eucalyptus radiata, pour leur action ciblée sur les problèmes ORL / menthe poivrée ou camomille romaine pour leur action action analgésique et anti inflammatoire.

Angine : thym, cannelle /pin / niaouli, romarin, eucalyptus / lavande, citron

Grippe : thym, origan, cannelle / tea-tree / niaouli, eucalyptus / lavande

Toux : hysope, eucalyptus

Herpes : origan / tea-tree, ravinstasra / lavande, bergamote /géranium

Acné : thym, origan, sarriette, cannelle, girofle / camomille romaine /sauge (régulation hormonale + action antibactérienne et antifongique) lavande / géranium, citron, bergamote

Infections gynécologiques et des voies urinaires : eucalyptus, genièvre, bois de cèdre, cajeput, bergamote, pin, sauge, thym, lavande.

Problèmes de règles : sauge

Migraine : basilic, camomille romaine, lavande, marjolaine,  menthe poivrée

Dépression : oranger, mandarine, lavande, ylang-ylang, vanille / camomille / pin

Insomnie : orange, mandarine, bergamote, ylang-ylang, camomille, marjolaine, lavande

Stress : pour une action calmante > verveine, lavande, bergamote / stimulation ou régulation des surrénales > romarin, pin, basilic

Arthrose : cajeput, genièvre, pin, thuya

Les différentes utilisations possibles :

Nous avons vu quelles sont les huiles essentielles à avoir sous la main, maintenant voyons comment les utiliser. Comme expliqué dans l’article précédent les HE doivent être utilisées entières (sans isoler une molécule active en particulier pour bénéficier de sa synergie subtile et obtenir un maximum d’effets curatifs), mais aussi en association car le pouvoir thérapeutique de chacune s’associe et s’amplifie entre eux quand on les utilise de cette manière. L’effet est maximal en en associant trois aux pouvoirs semblables ou complémentaires (le mélange peut être préparé sur demande pour éviter d’acheter trop de flacons si vous n’en faites pas usage si souvent). Pour un soin efficace, il faut aussi penser à varier les modes d’absorption (cutanée, diffusion dans l’air, interne…). Attention également à respecter les dosages : forcer l’organisme ne sert à rien, il existe un effet de plateau au-delà duquel l’effet bénéfique sera perdu et l’HE créera même des perturbations. Il faut laisser le temps au temps, et assez d’espace au corps pour traiter l’information moléculaire apportée par l’HE.

En général on les utilise 3 à 4 fois par jour.

Par voie externe :

Leur utilisation par voie externe et la plus simple et la plus accessible à tous.

MASSAGES AROMATIQUES

En diffusion : elles désinfectent et assainissent l’atmosphère, libèrent la respiration, peuvent stimuler ou détendre.

Dans le bain : dans un solvant, quelques gouttes pour un bain de 30 minutes. Possibilité aussi de faire des bains de sièges pour cibler par exemple la zone génito-urinaire.

En fumigation : dans de l’eau bouillant dans une casserole, quelques gouttes, puis placer sa tête au-dessus des vapeurs en recouvrant d’une serviette. Parfait pour agir sur la peau ou pour la sphère pulmonaire.

En inhalation : dans un inhalateur pour procéder à des inspirations. Idéal pour les problèmes pulmonaires.

En friction ou en massages : certaines HE doivent impérativement être mélangées à de l’huile pour éviter les réactions cutanées à certains principes actifs agressifs. Il est impératif aussi de le faire pour une utilisation sur la peau d’un bébé, ou d’une personne allergique. Les frictions directes sont efficaces pour stimuler, détendre ou dans les problèmes rhumatismaux.

Sinon, recourir aux massages en ciblant certaines zones clés selon l’effet à obtenir : plexus solaire pour stimuler, dos (colonne vertébrale), nuque, tempes pour détendre, thorax pour agir sur les poumons ou la gorge, ventre pour agir sur les organes du système digestif et les émotions, muscles si besoin de les relâcher, articulations en cas de douleurs localisées, points d’énergie associés aux 7 chakras dans la tradition orientale indienne pour rééquilibrer l’organisme. Les huiles végétales à utiliser en association aux HE sont variées : amande douce, onagre, germe de blé… 10 d’huile essentielle pour 90 d’huile. 30 % pour une action locale très puissante, mais prudence avec certaines HE.

On peut aussi déposer quelques gouttes d’HE directement dans le creux des articulations et les laisser ainsi pénétrer

En compresses ou cataplasmes : sur une compresse imbibée d’eau et d’huile essentielles ou en utilisant l’argile pour un cataplasme. L’argile fonctionne très bien avec les HE et en renforce les effets. Optimal pour travailler sur la peau et désintoxiquer.

En cas d’infection cutanée ou plaie, utiliser un coton avec quelques gouttes d’HE à appliquer.

En suppositoires ou ovules : ces supports imprégnés d’HE existent pour cibler certaines zones, génito-urinaires pour les ovules.

Par voie interne :

Bien sûr, il est aussi possible d’utiliser les HE par voie interne, mais dans ce cas attention aux HE les plus agressives pour les muqueuses (celles qui contiennent des phénols en particulier) : origan, thym, sarriette, cannelle, ajowan.

LES INGÉRER MAIS PAS N'IMPORTE COMMENT
LES INGÉRER MAIS PAS N’IMPORTE COMMENT

Plusieurs possibilités d’utilisation.

A laper : 1 ou 2 gouttes directement sur le dos de la main

Sur du sucre de qualité : 1 à 3 gouttes

Mais je préfère largement le miel au sucre : 1 à 3 gouttes dans un peu de miel et vous obtenez de l’aromamiel cumulant les vertus des deux produits ; choisissez le miel en fonction de ses particularités. Particulièrement intéressant dans les troubles de la gorge et des poumons.

Dans une huile de qualité : 3 à 5 gouttes pour une grande cuillère. Là encore jouez avec les vertus spécifiques des huiles.

Dans une tisane : 1 à 3 gouttes dont l’effet s’ajouteront encore aux propriétés thérapeutiques des plantes en infusion.

En capsules : vendues dans le commerce pour préserver l’estomac et obtenir plus d’action sur l’intestin.

En gargarisme : quelques gouttes dans de l’eau tiède pour les problèmes dentaires, de la bouche et de la gorge.

Quelques précautions d’emploi !

Les HE sont des produits puissants, à utiliser avec mesure (respecter les dosages et mode d’application !) et en connaissance de cause (surtout pour un usage interne ; il convient d’avoir le conseil d’un thérapeute). Quelques précautions essentielles sont à prendre en compte.

Huiles essentielles et mises en garde
Huiles essentielles et mises en garde

Attention à certaines HE qui peuvent s’avérer agressives pour la peau et les muqueuses. Elles ne doivent pas être appliquées pures sur la peau ; il faut absolument les diluer dans une importante quantité d’huile végétale. Ce sont les HE riches en phénols : origan compact, sarriette des montagnes, thym vulgaris à thymol, ajowan) en aldéhydes cinnamiques (cannelle). En interne, elles sont très irritantes, autant en éviter l’absorption, ou alors limitée à une goutte et pour une action urgente, limitée dans le temps.

D’autres HE sont photosensibilisantes : attention à ne pas s’exposer au soleil durant la journée suivant leur utilisation. Ce sont les HE contenant des coumarines des essences d’agrumes : orange, citron, pamplemousse, mandarine.

Il existe enfin des HE ayant une certaine neurotoxicité. Ce sont celles qui contiennent des monoterpénones : armoise blanche, sauge officinale, thuya occidental, romarin officinal à camphre. Ne les utiliser que par voie cutanée.

L’utilisation pour des enfants doit être particulièrement prudente : pas d’usage interne avant l’âge de 9 ans (interdit avant 3 ans !). Pas d’utilisation d’HE agressives, photosensibilantes ou neurotoxiques (voir ci-dessus). Les HE autres sont à utiliser mélangées en quantités raisonnables à une huile végétale pour une application cutanée. Utilisation possible aussi en bain (si solubilisées dans un dispersant, un bon savon liquide par exemple) ou par voie aérienne, en veillant toujours aux dosages. Les hydrosols qui sont des eaux florales, donc bien moins concentrées en molécules aromatiques, sont recommandés pour les zones sensibles et pour les bébés.

Pour les enfants comme pour les grands, faites un test cutané avant d’utiliser une HE : une goutte dans le creux du coude et si pas de réaction au bout de quelques heures, c’est bon ! Sinon, évitez bien sûr.

Les femmes enceintes et allaitantes éviteront en général l’utilisation des HE : certaines (à cétones) ont des propriétés abortives, d’autres en raison de leur neurotoxicité (pour le fœtus) ou de leur effet hormonal.

En espérant que cette synthèse vous aura été utile ! Posez vos questions ci-dessous ou partagez vos trucs et astuces avec les huiles essentielles. Et vous, quelles sont vos indispensables ?

Restons en contact

Soyez informé de notre actualité et recevez votre cadeau : nos 10 principes clés au service de votre vitalité et de votre épanouissement

1 commentaire sur "Les 15 huiles essentielles à avoir dans son tiroir ! Fil rouge n°1"Donnez votre opinion →

Laisser un commentaire