posture du gisant

Le syndrome du gisant, êtes-vous concerné ? (2/2)

A la lecture de la première partie de cet article, peut-être êtes-vous resté sur l’impression étrange de correspondre au portrait type du « gisant » ou de connaître quelqu’un qui y ressemblerait… Si vous n’avez pas encore fait le test des signes cliniques, téléchargez la grille complète via le formulaire de l’article précédant avant d’aller plus loin. Puis lisez ce qui suit, vous allez être stupéfait !

gisant confirmation
SECRET DE FAMILLE ?

« Gisant » confirmé !

Comment savoir si vous aussi, vous faites officiellement partie de la famille des gisants ? La liste des signes cliniques (c’est le fichier à télécharger dans la première partie d’article) vous a peut-être mis en alerte. Reste à confirmer.

Certains prénoms…

révèlent très souvent un tel statut comme Gisèle (Git-elle), René(e) (re-né), Sylvie (s’il vit) et ses dérivés, Yves (étymologie liée au mot vie) et ses dérivés ou Vivien (et tous les prénoms contenant un lien avec le mot « vie), mais aussi Laurent ou Florent (et ses dérivés) associés à des morts par noyade (L’eau rend, flot rend), et bien d’autres… L’inconscient les choisit comme un message, un vœu : celui d’offrir une possibilité à un membre de votre famille perdu trop tôt de revivre. Mais veillez surtout à vérifier si vous ne portez pas le même prénom qu’un de vos ancêtres (jetez aussi un œil aux 2e et 3e prénoms si vous en avez).

gisant par le prénom
mon nom = ton nom

Les dates…

Ensuite, ce qui pour le Dr. Salomon Sellam détermine vraiment le statut de gisant, ce sont les dates. Il vous faut connaître trois dates : celle de votre naissance (facile !), celle de votre conception (petit calcul rapide, date de naissance – 9 mois !) et celle de votre point G, allias point Gisant c’est-à-dire 9 mois après votre propre date de naissance, comme si votre naissance avait permis de passer le relais au mort qui renait ensuite à travers vous. Quand vous avez ces trois dates en tête, vérifiez si elles ne coïncident pas avec la date de naissance d’un ancêtre, sa date de conception ou sa date de mort ! Il faut que cela colle à une semaine près (les chances sont statistiquement infimes !). Si vous trouvez des coïncidences de ce genre, il est fort probable que vous soyez le gisant de cette personne surtout si cet ancêtre est justement mort dans des circonstances traumatisantes, brutales ou prématurées…

gisant par la date
Retour dans le temps

Récit de mon enquête personnelle au pays des gisants…

Après avoir eu le sentiment d’être effectivement un gisant à la lecture des signes cliniques, je me suis lancée en quête de données pour bâtir mon arbre généalogique. Je savais déjà que je portais le prénom de mon grand-père paternel décédé quelques mois avant ma naissance et que ce grand-père avait (« comme par hasard »!) justement guetté impatiemment que mes parents donnent naissance à un enfant, ce qui faisait déjà de moi une « gisante » en puissance. Mais en collectant les dates, j’avais plus particulièrement en tête un drame familial du côté maternel : un de mes oncle mort enfant assez subitement. J’ai vite compris pourquoi j’avais tant gardé en tête cette histoire et pourquoi je voulais absolument cette date, celle de la mort de cet oncle : elle coïncide en fait à un jour près avec ma date de naissance… et ma mère avait été totalement incapable de me la donner de mémoire. C’est la consultation du livret de famille qui nous a éclairées ! Gisante puissante 2… et pour compléter le tableau, mon grand-père maternel, mort d’une crise cardiaque dans la force de l’âge est décédé à une date qui elle aussi correspond à deux jours près à ma date de naissance : et de trois ! (Il y avait de quoi se sentir plombée !) Dans ce dernier cas, on ne peut parler de confirmation de statut de gisant car mon grand-père maternel est mort après ma naissance donc je ne suis pas sa gisante. Cependant, cette date est à prendre en considération car elle m’indique que, dans notre famille, il y a sans doute un ancêtre plus lointain à l’origine de cette série de décès prématurés et de naissances autour du 25 juillet : cet ancêtre a du mourir dramatiquement, mon oncle mort jeune était déjà son gisant, la mort de mon grand père en est un rappel, et ma naissance prolonge à la fois la vie de mon oncle et celle de cet ancêtre plus lointain dont je n’ai pas encore retrouvé la trace. Je suis certaine qu’en cherchant plus loin dans la généalogie on devrait trouver un drame à l’origine de cette récurrence qui n’a pas été réglé car mon oncle s’appelait René (re-né) et était donc déjà lui-même potentiellement un gisant ce que pourrait confirmer son état : il avait une déficience mentale, signe qui fait partie des récurrences notées par le Dr.Salomon Sellam. Détail troublant : ma mère avait été particulièrement affectée par la mort de René et par son état, se sentait très responsable de lui, et portait sûrement ce deuil plus qu’un autre membre de la fratrie et comme « par hasard » elle a donné naissance à son premier enfant, moi, le lendemain de la date de mort de son petit frère...

gisant moi-même
FRATRIE FANTÔME

Alors que faire concrètement ?

 pour récapituler…

si vous vous sentez un « gisant » ou voulez vérifier ce statut pour un de vos proches :

  • Cherchez quels sont les drames familiaux à votre connaissance et enquêtez sur ceux que vous ne connaissez pas encore.
  • Déterminez votre date de conception (DC) et votre point G (DG)
  • Dressez votre arbre généalogique et parmi les membres de votre famille décédés avant votre naissance, surlignez ceux qui ont des prénoms en commun avec vous et ceux dont la date de mort, de naissance (DN) ou de conception correspond soit à votre DC, DG ou DN.
    Pour vous aider, téléchargez gratuitement l’outil pratique pour déterminer son statut de gisant, plus bas, dans le formulaire de la page : il vous permettra de voir en un clin d’œil quels sont les périodes clés de l’année en correspondance avec votre mois de naissance.
  • Intéressez-vous particulièrement aux morts dramatiques.
  • Si une coïncidence est repérée à une semaine près, vous pouvez établir le diagnostic du « gisant ».
gisant étapes de détection
Explorez votre arbre

Et ensuite, quel impact dans ma vie ?

Peut-être vous sentirez-vous, comme moi, troublée et soulagée à la fois, comme si cela expliquait des années de noirceur. L’important dans ce cheminement, c’est de prendre conscience qu’il y avait des mémoires dans notre vie qui ne nous appartenaient pas, que nous vivions pour deux (voire pour 4 comme dans mon cas… les statuts de gisants peuvent se cumuler et souvent, quand les gisants sont atteints de pathologies graves, on retrouve des cumuls impressionnants !). Vous avez maintenant la liberté de ne plus assumer en automate cette charge reléguée à travers les âges, de reprendre votre vie en main : vous saurez qu’à chaque fois que ce blues vous envahit, ce n’est pas le vôtre et vous pourrez vous en distancier avec davantage d’aisance. Enfin vous vous autoriserez à vivre, à exister selon vos propres envies, vos aspirations personnelles abandonnant ce qui était au gisant.

gisant envol
REVIVRE POUR SOI

En pratique…

le Dr.Salomon Sellam conseille à ses patients de réaliser chaque jour un tableau à trois colonnes : l’une pour « moi » et l’autre pour « l’autre » justement, le mort, et de noter dans la 1ere colonne tout ce qui se passe dans notre vie, les événements et ressentis particuliers, et de l’attribuer soit à son véritable moi, soit au défunt dont on porte la charge. Comment faire le tri ? En fait, tout ce qui est du côté de la pulsion de vie, correspond à votre moi véritable, tout ce qui vous parasite et conduit à des pulsions néfastes correspond à votre ancêtre défunt.

Ce travail quotidien n’est pas obligatoire. Pour beaucoup, la prise de conscience est si fulgurante qu’elle permet le détachement et transforme en profondeur l’individu. Mais faire ce tableau permet à d’autres d’ancrer la prise de conscience, si besoin, et de reprendre les rênes de sa vie définitivement, de vivre pleinement, enfin !

Pour aller plus loin…

Vous pouvez demander et télécharger gratuitement dans le formulaire ci-contre des outils pratiques pour repérer plus facilement les dates clés qui vous concernent dans l’identification du statut de gisant mais aussi découvrir ce qu’est le point V et comment il influe dans nos relations amicales et de couple. Vous verrez aussi qu’on ne choisit pas forcément son conjoint au hasard et que l’inconscient familial peut aussi y mettre son grain de sel ! En prendre conscience pourrait vous permettre d’assainir certaines relations dans votre couple et dans votre cercle amical et familial en général, de mieux comprendre la force, parfois démesurée, de certains liens…

gisant et famille
POUR QUE LA FAMILLE REDEVIENNE UNE FORCE ET NON UN POIDS

Découvrez et déterminez aussi votre point V,  celui de la complémentarité parfaite et de l'évolution !

Et en prime, des pistes  pour mieux comprendre vos relations d'après vos dates clés et un outil pratique pour mieux déterminer ces dates essentielles ...

Je ne saurais trop vous recommander de lire le livre du Dr. Salomon Sellam pour vous permettre de mieux comprendre le syndrome du gisant : vous découvrirez nombre d’exemples cliniques époustouflants à travers lesquels vous pourriez bien vous reconnaître !

Partagez vos découvertes dans les commentaires : votre généalogie vous a-t-elle révélé des coïncidences troublantes ? Comment vous sentez-vous à la découverte de ces liens et qu’est-ce que cela éclaire?

Restons en contact

Soyez informé de notre actualité et recevez votre cadeau : nos 10 principes clés au service de votre vitalité et de votre épanouissement

3 commentaires sur "Le syndrome du gisant, êtes-vous concerné ? (2/2)"Donnez votre opinion →

  1. Bonjour, Je suis restée sans voix en lisant votre article, j’ai fait rapidement mon calcul avec ma date de naissance, comme je porte le nom de ma grand-mère maternelle, j’ai regardé la correspondance avec sa date de décès, Et bingo!!! Je comprends mieux pourquoi j’ai eu au temps de difficulté dans ma vie personnelle et professionnelle . J’ai 55 ans et cela fait 5 ans que je travaille sur mon évolution personnel, pour comprendre ce qui se passe en moi, ressentir un mal-être et de ne pas l’identifier, c’est un sentiment d’impuissance .Merci du fond du cœur, vous m’avez éclairé, illuminé. Bien à vous

    1. Merci à vous ! C’est toujours une grande joie pour moi de savoir que j’ai pu apporter un éclairage à quelqu’un et je suis vraiment très heureuse de savoir que cet article vous a donné des clés pour avancer et vous dissocier de ce mal-être comme ça a été le cas pour moi ! Maintenant vous savez que vous avez porté des charges qui n’étaient pas les vôtres et qui surtout, ne sont pas VOUS ! Vous pouvez dire oui à la vie maintenant et laisser le passé familial derrière vous. Belle continuation à vous, de tout coeur. Et bravo pour toutes vos recherches et votre travail sur vous-même, c’est admirable et courageux !

  2. Bonjour,
    Je suis très touchée par votre article. J’ai eu de graves problèmes de dépression et de la tristesse chronique qui semblent être liés à ce syndrome du gisant. Je porte 3 prénoms, ceux de ma grand-mère paternelle, de mes tantes paternelles et maternelles. Je n’ai aucun moyen de savoir quand elles sont décédées, de par la complexité de l’histoire de mes parents. Il y a aussi eu une fausse couche avant ma conception, j’ai rencontré un thérapeute en constellation familiale qui m’a dit que je portais le deuil de cet enfant, du fait de mon lien inconscient avec ma mère, qui elle n’est pas consciente de tout cela. Des fois je suis prise de tristesse d’un coup, sans raison, et plombée comme vous dites. Heureusement après des années de lutte sans avoir connaissance de tout cela je commence à émerger et à voir mes véritables envies. Encore merci pour toutes vos explications.

Laisser un commentaire