jeûne sec plein potentiel de vie

Jeûne sec : mon expérience en détail

Mes impressions durant le jeûne sec

Après mon premier article sur les raisons qui m’ont poussé à jeûner et comment je m’y suis préparé, je reviens ici plus en détail sur ce que j’ai vécu durant mon jeûne sec. Certains disent qu’un jeûne sec est parfois plus facile qu’un jeûne hydrique (à l’eau). J’ai pu le constater : dès les premiers jours, en fait je ne ressentais ni la soif, ni la faim. On ne donne rien au corps donc il gère tout seul, c’est impressionnant au final !

jeûne sec plein potentiel de vie
être au contact de la terre

Ce qui m’a le plus perturbé : le temps ! Je veux dire, le temps qui passe… lentement ! D’habitude on trouve souvent que le temps passe trop vite, qu’on n’a jamais assez de temps pour faire tout ce qu’on veut faire… Et là d’un coup, je n’avais plus rien du tout à faire et j’étais un peu perdu. Eh oui, se laver, préparer le repas, manger, faire la vaisselle, aller au boulot, faire le ménage, aller sur internet, écouter la radio, téléphoner, se doucher… bref toutes les habitudes quotidiennes qui volent en éclat ! Et puis même si j’avais apporter de la lecture, de quoi écrire, je n’étais pas vraiment motivé pour tout ça au final. Parfois, il me venait des idées de recettes ou je me mettais à travailler sur des ateliers de cuisine que j’envisage de donner mais sinon pas grand chose me motivait. J’avais rarement trouvé le temps aussi long. Alors souvent je me suis reposé, allongé, somnolent ou non, en admiration devant une cascade, une vue panoramique, la nature… C’est ça le moment présent ? Pas toujours évident… Parfois j’avais l’impression de devenir fou et j’étais pressé que la nuit tombe pour dormir et passer un jour de plus. Mais le problème c’est que je n’étais pas fatigué le soir donc j’avais du mal à m’endormir et puis le matin je me réveillais tôt, dès l’aube, ce qui rallongeai encore les journées !

jeûne sec plein potentiel de vie
laisser de côté ses habitudes, prendre le temps

Le deuxième jour je n’ai pas eu envie de m’économiser et regarder passer le temps, je m’étais fixé un objectif de marche sur les crêtes du Grand Colombier, en marchant pieds nus dans l’herbe fraiche dès que je pouvais pour me ressourcer. Je me suis fait confiance en me disant que j’étais capable de faire cette marche sans boire (j’avais une bouteille dans le sac en secours en cas d’urgence). J’ai également essayé de capter au mieux l’énergie de cette belle forêt préservée et de ses sapins remarquables. Au final j’ai fait 4 heures de marche et 400 m de dénivelé positif dont la fin en plein soleil à midi. J’y suis allé tranquillement, sans me mettre dans rouge, la fin était dure, sous le soleil à découvert. Du coup je suis rentré en début d’après-midi et après repos dans la voiture, portes-ouvertes mais j’ai trouvé le temps long encore une fois malgré cette marche. Ce deuxième jour, j’ai également des envies de fruits juteux : fraises, framboises, nectarines, melons, oranges, abricots… Ce qui me surprend c’est que d’habitude pendant les jeûnes que j’ai pu faire avant, j’ai toujours eu des envies beaucoup moins saines, les vieilles habitudes qui remontaient avec des envies de fromage, de pizzas ou je ne sais quel autre plat bien bourratif. Alors que là, pendant ce jeûne sec, à aucun moment je n’ai eu d’envies d’aliments pas très sains. Je pense que j’ai déjà nettoyé pas mal de choses depuis quelques années. A partir du deuxième jour je me mets à cracher quelques glaires. Mon urine est très chargée, très jaune et parfois j’éternue.

La nuit du deuxième au troisième jour j’ai rêvé que je buvais de l’eau bien fraiche ! Parfois en me réveillant et sentant ma gorge sèche des peurs remontent et je me mets à paniquer et à vouloir boire. Puis je me calme en constatant que ce ne sont que des peurs infondées, mon corps gère très bien. Je constate que j’ai moins de cernes au lever le matin.

jeûne sec pleinpotentieldevie
se ressourcer près des ruisseaux

Le troisième jour je ne suis pas des plus gaillards, mais ça va quand même. Je me permet de faire une petite marche pieds nus et même quelques postures de yoga et des pompes. Je retourne à la forêt de Meyriat pour trouver un peu d’ombre et de fraicheur près des ruisseaux et des cascades. Je me sens faible pour marcher l’après-midi, je choisi d’aller près d’une petite cascade en forêt. Le simple fait d’être proche de cette eau qui ruisselle me fait du bien et me recharge en énergie. Je décide d’aller me tremper les pieds et d’aller me faire asperger tout le corps en allant au plus proche de la chute d’eau. Tout cela me fait un bien fou !

La nuit du troisième au quatrième jour je dors très mal. Pourtant j’étais très bien installé, tout s’annonçait pour le mieux jusqu’à ce qu’à mon avis des chasseurs débarquent en faisant des tours en voiture, pleins phares allumés, sur les chemins de forêt, avec les chiens qui aboient, des coups de sifflet et de klaxon. Tout cela durant pendant presque deux heures ! Moi qui croyait être tranquille en plein milieu de la forêt, je ne m’attendais pas à ça ! Le lendemain matin au réveil je me sens faible. Je me dis qu’encore une fois je n’ai pas réussi à passer le cap difficile du jeûne et à me sentir super bien ensuite. C’est décidé je veux arrêter. Et puis je me lève, je crache encore un glaire, j’urine encore très jaune et je marche un peu pieds nus dans la rosée du matin. Et au final je me sens super bien ! Je me sens en pleine forme ! Du coup je continue ! Et j’en profite pour faire une marche dans la forêt et cueillir des fleurs de sureaux, des fraises des bois, des orties pour mon jus de reprise de jeûne. Je récupère également des bouteilles que j’avais remplie d’eau de la source et mises au frais dans la rivière toute la nuit. Je fais une petite trempette du matin dans la rivière également. J’aurai eu la force de courir ce matin, je fais même des pompes ! Puis je me décide à rentrer à mon domicile. C’est à ce moment là que mon énergie retombe… le trajet en voiture, le retour en milieu urbain, l’air plus lourd et le soleil plus chaud, le fait d’être enfermé… Tout cela fait chuter mon énergie. Au final cette dernière demi-journée de jeûne sera la plus dure pour moi. En plus, j’ai tant de choses qui peuvent me tenter sous la main : de l’eau, des fruits !

Mes conseils concernant le jeûne sec

Attention je met en garde les personnes qui n’ont jamais tenté l’expérience du jeûne ou de diètes diverses. Mon article n’est pas là pour faire l’apologie du jeûne ou dire qu’il faut procéder de telle ou telle façon.

Je crois que chaque personne est différente, chacun est à un niveau de santé, de forme différent et ce qui est vrai pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre. Les réactions durant un jeûne peuvent être très différentes d’un individu à l’autre.

Ce que je peux vous conseiller c’est de ne pas se lancer dans un jeûne sec comme ça du jour au lendemain si vous n’en avez jamais fait et si vous avez une alimentation on va dire « traditionnelle » avec trois repas par jour !

Le meilleur conseil que je peux donner c’est d’y aller progressivement. Vous pouvez commencer par jeûner une demi journée seulement et puis voir comment votre corps réagi. Une fois que votre corps s’habituera vous pourrez tester de jeûner plus longtemps, par exemple vous prenez votre repas le soir et vous jeûnez jusqu’au lendemain midi ou alors du début d’après-midi jusqu’au lendemain matin. Les possibilités sont nombreuses, à vous de voir laquelle vous correspond le mieux et vous est la plus bénéfique.

jeûne sec plein potentiel de vie
la nature comme ressource

Vous pouvez aussi instaurer une routine en jeûnant un jour complet par semaine : cela permet une pause toutes les semaines qui sera bénéfique pour votre santé. Pour ma part, après ce jeûne, je teste le jeûne intermittent de 16 heures environ. Je mange deux repas par jour, midi et soir et je jeûne souvent à sec jusqu’au lendemain midi. A voir dans le temps les bénéfices que cela apporte.

Je ne sais pas concrètement ce que mon jeûne sec de quatre jour a réglé au niveau de ma santé mais je suis certain qu’il y a eu nettoyage de quelque chose. Je verrai avec le temps sur quels points ma santé s’est améliorée.

Un bon conseil également c’est de prendre des jours de repos pour jeûner dans de bonnes conditions et choisir un cadre agréable proche de la nature pour vous aider et vous ressourcer. Je pense que c’est vraiment très important.

Enfin, si c’est votre première expérience, il est préférable d’être entouré pour faire le jeûne, au cas où vous ayez besoin d’aide que quelqu’un soit présent.

Bilan de mon jeûne sec et reprise alimentaire

Tout d’abord je suis fier de ce que j’ai accompli. Je pensais tenir trois jours et puis finalement j’ai fait quatre jours donc plus que satisfait d’avoir relevé ce défi et d’avoir pu tester réellement comment le corps réagi lors d’un jeûne sec.

Franchement c’est pour moi parmi tout ce que j’ai testé, le jeûne durant lequel je me suis sentit le mieux, le plus en forme et où j’ai le moins eu de sensations de faim, d’envies de manger tout et n’importe quoi. Je peux même dire que ça m’a impressionné.

Le fait de me retrouver seul face à moi même n’a pas été facile. J’ai trouvé bien souvent les journées longues et même si je me disais que j’avais plein de temps devant moi, que je pouvais en profiter pour lire, faire des méditations, me recentrer, écrire… J’ai eu du mal à faire tout ça, je n’avais pas la motivation. J’avais la motivation de rien en fait, mon esprit était dirigé vers ce jeûne sec et j’avais du mal à faire autre chose à part quelques marches et du repos et aussi écrire de nouvelles recettes ou travailler sur de futurs ateliers ! C’est dingue mais j’ai constaté qu’une de mes seule motivation et mes inspirations venaient de la cuisine. Je constate qu’en fait on a beaucoup de temps disponible lorsqu’on s’affranchit de toutes nos obligations… Après à chacun de choisir comment il veut vivre et quel choix fait-il par rapport à la répartition de son temps.

jeûne sec plein potentiel de vie
faire le bilan de son expérience

J’ai pris du temps aussi pour relire quelques mots sur les mois passés, riches en émotions et en chamboulement et repenser un peu à tout ça, à ce que j’ai pu vivre ces derniers temps.

Et puis ce jeûne c’est aussi une façon de connecter ma force profonde, de voir qu’au delà de tout, coupé des habitudes, seul, ma force est là, bien présente, en moi et que je peux faire confiance à mon corps, faire confiance en moi. Et aussi diminuer grandement la peur de manquer au niveau alimentaire. Je sais que je peux manquer de nourriture et d’eau quelques jours et que ça ne va pas me tuer. Prendre conscience également qu’il faut prendre soin de son corps (même si j’en avais déjà conscience), cette formidable machine vivante et qui sait s’adapter aux contraintes si on le renforce et qu’on lui donne les bons ingrédients. Toute la démarche que j’ai pu faire avant n’est pas vaine, je suis incontestablement de plus en plus en forme.

Pour ceux qui aiment les chiffres je pesais 62 kg avant le jeûne et 56 kg après les quatre jours de jeûne sec. Je ne m’étais pas vraiment rendu compte que j’avais perdu du poids pendant mon jeûne, c’est seulement quand je me suis vu dans le miroir que j’en ai fait le constat. Je n’aime jamais vraiment cette expérience d’être amaigri, pour moi qui suis déjà mince je n’aime pas me voir comme ça. Mais mon envie de tenter le jeûne était plus forte et puis j’ai envie de voir aussi si après cela mon corps assimilera mieux et sera plus apte à reprendre du muscle. A suivre… Depuis quelques mois j’étais content car j’avais enfin réussi à reprendre du poids, ce que j’avais du mal à faire depuis quelques années et mon changement alimentaire. Au fil du temps je constate que je suis plus en forme tout de même et que je deviens plus athlétique qu’avant.

jeûne sec plein potentiel de vie
devenir plus fort, se lancer un défi

J’ai recommencé à m’alimenter le soir du quatrième jour en commençant par un verre d’eau ! Je crois que c’est la première fois que j’apprécie autant de boire un verre d’eau ! De l’eau de la source où j’étais en forêt. Et puis j’ai pris de l’aloé vera fraiche que j’avais fait tremper, j’ai mixé la pulpe avec du jus de citron, une datte mazafati et un peu d’huile de coco. J’ai vu qu’il fallait apporter de bonnes graisses pour reconstruire après le jeûne. Bien-sûr il faut y aller progressivement pour relancer en douceur le foie. Le lendemain je n’ai rien pris le matin à part de l’eau, puis un jus de pomme, carottes, betterave. Le soir j’ai fait une soupe crue que j’avais vue dans une vidéo de Thierry Casasnovas, très bonne soupe ! Ensuite j’ai recommencé à prendre des fruits frais. Le troisième jour de reprise j’ai pris du yaourt de noix de coco fermenté fait maison. Puis une salade un peu plus complexe avec des légumes crus et des aliments gras tel que noix, olives, tahin. Ce n’est que quatre jours après ma reprise de jeûne que j’ai de nouveau mangé cuit et non végétarien (une omelette aux légumes). La reprise alimentaire s’est plutôt bien passée, mieux que lors des précédents jeûnes, même si le transit met du temps à redevenir optimal. Ce qui m’a rassuré c’est que j’ai rapidement repris du poids dès que j’ai recommencé à m’alimenter. Une semaine après la fin de mon jeûne sec j’étais revenu à 60 kg.

Cette expérience de jeûne sec m’aura permis de voir à quel point mon corps a la possibilité de s’adapter au-delà de toutes les croyances et les peurs du manque. Le corps humain est une formidable machine bien plus forte qu’on nous laisse croire.

 

Restons en contact

Soyez informé de notre actualité et recevez votre cadeau : nos 10 principes clés au service de votre vitalité et de votre épanouissement

2 commentaires sur "Jeûne sec : mon expérience en détail"Donnez votre opinion →

  1. Bonjour
    Jai tout bien lu, deja merci de ce partage dexperience, jai testé moi aussi quelques jeûnes sec et hydrique, tu racontes bien et nous fais bien partagé comment tu las vecu 👍🏼

    A linverse de toi (je crois) je fais ca pour raison de santé (sep – sclérose en plaques )
    Et je sais que le jeûne long est un passage obligatoire (3 semaines mini)
    Mais les chiffres mempeche de depasser dix jours car jarrive vite au poids de securité du tableau hygieniste (58kg/1.83 pour moi)
    Et mes reprises me font pas depasser le 65kg
    D’autant que je mange maintenat quune alimentation « vivante »
    Comme toi jexperimente…

    Merci encore pour ce partage qui me montre que je ne suis pas seul 😅

    Eric

    1. Merci Eric pour ton commentaire ! Où peut-on trouver le tableau hygieniste du poids de sécurité dont tu parles ? As-tu constaté de grosses améliorations au niveau de ta sclérose en plaques après tes jeûnes ?

Laisser un commentaire