émotions mental aller mieux

Guérir émotions et mental pour aller mieux

Voici le troisième volet de cette série d’articles dans laquelle je vous livre les quatre étapes par lesquelles j’ai découvert (à travers mon propre parcours) qu’il m’était nécessaire de passer pour guérir vraiment. Si vous découvrez seulement cette série, je vous invite à retrouver le point de départ « comment guérir vraiment » en cliquant ici, et le volet précédent « se soigner naturellement : agir sur le plan physique » en cliquant ici ! Sinon, c’est parti pour la suite du cheminement qui explorera le plan des émotions et du mental.

2eme  et 3eme  univers : se soigner naturellement sur le plan des Émotions ET du MENTAL

Quand agir sur les émotions et le mental devient indispensable pour aller mieux.

Parfois, l’organisme semble ne pas pouvoir se remettre sur la voie de la guérison malgré toutes les démarches entreprises sur le plan physique (que nous avons explorées dans l’article précédant). S’il est toujours salutaire et même essentiel d’agir sur le physique, principalement par l’alimentation, ce n’est parfois pas sur ce plan que réside la principale source de perturbation ! Cela explique pourquoi certaines personnes qui ont tout fait pour adopter une hygiène de vie exemplaire, voient malgré tout leur santé se dégrader. La clé du problème est sans doute à chercher sur le plan émotionnel et mental.

émotions mental aller mieux
Nos émotions, Clés de guérison

Les émotions ne sont pas des immatérielles !

En fait, le plan émotionnel et mental c’est aussi le plan physique ! Le lien entre émotions et santé physique n’est pas une simple vue de l’esprit ! Il a une assise rationnelle et scientifique. En fait, une émotion n’est pas quelque chose d’abstrait, c’est une manifestation chimique !  Elle a son expression concrète dans le corps et ses cascades de répercussions sur le plan hormonal et nerveux. Chaque émotion a une alchimie particulière et va impacter le fonctionnement de notre corps et parfois même déterminer si l’on va guérir ou pas. Selon l’Association Médicale Américaine, 75 % de nos problèmes de santé seraient causés par nos émotions ! Dans son ouvrage Le pouvoir anti-cancer des émotions, le Dr. Christian Boukaran confirme ce lien santé physique/émotions dans cette pathologie à laquelle, selon les pronostics les plus récents, 1 personne sur 2 sera confrontée dans sa vie.

Quand nos émotions et pensées nous rendent malades ou nous sauvent…

Nos émotions conditionnent nos régulations et donc l’homéostasie de notre corps, que vous connaissez bien à présent : sans elle, pas de retour à la santé possible pour un organisme vivant. Les scientifiques connaissent les effets du stress sur le corps. Son action sur le long terme est extrêmement délétère ! Autant que les agressions d’ordre physique que nous avons évoquées dans l’article précédent, les agressions d’ordre psychologique sont sources de stress et détruisent notre organisme en y générant les mêmes effets : intoxication, carences, dysrégulations. Le stress finit par épuiser notre système nerveux, endocrinien et immunitaire or, souvenez-vous, ce sont eux qui sont à l’origine des régulations dans notre corps, celles qui nous permettent de rester à l’équilibre et que tout notre fonctionnement interne soit harmonieux. En vivant dans un état de stress latent, je suis pris dans un engrenage pro-inflammatoire et acidifiant qui fait le lit de toutes les pathologies ! Le stress est source de nombreuses carences car il mobilise nos réserves vitaminiques et minérales pour nous permettre de faire face. Un corps en état de stress mobilise à l’excès l’énergie et passe à un mode de fonctionnement prévu pour réagir au danger qui ne devrait être que ponctuel mais qui, quand il se prolonge a de lourdes conséquences.  A l’inverse, être dans un état de joie et de paix favorise toutes les régulations du corps par le biais des neuromédiateurs et hormones. On sait que le rire suscite la production d’endorphines anti-douleurs et de sérotonine; neuromédiateur lié à un état de bien-être Des études prouvent les bienfaits de la méditation sur l’organisme qui, si la pratique est régulière, peut conduire à un rajeunissement des organes !

émotions mental aller mieux
PACIFIER NOS ÉMOTIONS

Un mental négatif, lui aussi, nous empêchera de guérir. Notre posture mentale a un impact sur notre longévité et notre santé :  les neurosciences affirment aujourd’hui l’impact d’une pensée positive sur notre santé. Tous les médecins s’accordent pour souligner l’importance capitale de l’état d’esprit du patient dans la guérison, il doit avoir l’envie de vivre et la confiance. Dans les hôpitaux, les initiatives se multiplient pour aider au bien-être mental des patients : certaines associations réalisent le rêve d’enfants, les clowns et artistes donnent des représentations pour les jeunes patients, des coiffeurs, esthéticiens, masseurs offrent de leur temps aux malades… le corps médical encourage grandement ces opérations car il sait combien elles sont vitales. On connait le pouvoir du mental depuis la découverte de l’effet placebo : les scientifiques ne doutent pas de son existence et donc de la capacité qu’ont nos simples croyances à générer des effets réels sur notre organisme bénéfiques ou pervers. Mais ils oublient trop souvent à quel point et je pense que toute maladie, tout symptôme devrait être une invitation à explorer nos émotions et notre mental pour vérifier l’orientation que nous leur donnons. Notre corps est bien fait et cohérent, il exprime notre équilibre intérieur. Plus nous cultivons des émotions et un mental positifs et plus notre corps sera en santé, à condition de ne pas négliger les autres plans, dont la base du plan physique.

Les émotions perturbatrices et leurs origines

Rechercher en soi…

A un moment donné de mon parcours, j’ai compris que tant que je vivrais dans des émotions et pensées perturbatrices, je ne pourrais pas prétendre à atteindre un nouveau palier de santé. Certains de mes problèmes avaient disparus très rapidement après mon changement alimentaire,  d’autres s’étaient bien atténués ou très espacés, quelques symptômes persistaient. Je savais qu’il fallait laisser le temps au temps pour que l’équilibre revienne et que les problèmes les plus profonds soient régulés par l’alimentation. Et puis il me fallait continuer à agir sur les autres sources de perturbations physiques par exemple en m’accordant plus de repos et de détente, en faisant plus d’exercice et en réduisant l’exposition aux écrans et ondes. Mais pour être plus souvent dans un état de détente, je ne pouvais plus faire l’impasse sur mon stress, mes émotions et pensées négatives. Je sentais que mon état d’être empêchait ma pleine guérison.

émotion mental aller mieux plein potentiel de vie
DISSIPER SON STRESS ÉMOTIONNEL ET MENTAL

Parfois, pour ne plus éprouver autant stress, émotions et pensées négatives, il est nécessaire de faire de nouveaux choix de vie et même d’adopter une nouvelle perspective sur la vie, ce dont nous parlerons dans le dernier volet de cette série. Mais il est important de comprendre que les circonstances dans lesquelles nous vivons, et qui sont parfois source de stress et d’émotions négatives ne font que révéler des fragilités, des perturbations que nous portons en nous. Donc, plutôt que de chercher à tout changer autour de nous, cherchons d’abord à voir ce que nous pouvons changer en nous pour que ces émotions, pensées négatives et ce stress ne soient pas sans cesse réactivés. De plus, nous ne pourrons pas toujours échapper à tous les stress, il nous faut donc apprendre à pouvoir vivre ces situations en limitant le plus possible l’impact sur notre corps.

Les émotions refoulées

Il faut parfois beaucoup de lucidité pour bien voir en soi et être capable de sentir quelles sont nos émotions et pensées discordantes.

Il se peut que vous portiez en vous une émotion refoulée qui vous empêche aujourd’hui de vivre pleinement et avec authenticité. Par exemple, peut-être n’avez-vous jamais pu exprimer une tristesse lors d’un choc, d’un événement douloureux pour vous parce que le contexte (ou vous-même) ne le permettait pas : peut-être deviez vous vous montrer fort parce que d’autres en avaient besoin, on peut-être que vos proches n’auraient pas compris, vous en auraient voulu ou aurait trouvé cela indigne de vous. Il est par exemple dur pour un homme de se laisser-aller pleinement à ses émotions parce qu’on lui appris que ce n’était pas viril ! Un père de famille prend souvent sur lui beaucoup de préoccupations sans en faire part à personne parce qu’il estime que c’est son devoir et qu’il serait ridicule, faible et inutile de faire autrement. Beaucoup de personnes croient qu’exprimer ce qui nous touche négativement ne sert à rien, voire ne fait que nuire, qu’ils doivent se débrouiller tout seuls. Ces personnes passent souvent pour des « inhumaines », « insensibles » ou « rigides », des « sans émotions » alors qu’ils ont une sensibilité immense mais bien emprisonnée sous les couches du lourd masque social. Nous avons pu aussi être amenés à étouffer nos joies, nos rires parce que notre éducation austère ne l’autorisait pas et que nous aurions été « mal vus » ou parce que nous avions peur de nous faire remarquer… Nous portons tous une sorte de gendarme intérieur, le surmoi, qui contrôle notre comportement et nous empêche d’Être nous, tout simplement, en toute authenticité. Or tous ces verrous ne sont pas seulement psychologiques, ils ont leurs empreintes physiques :  on connait bien le lien qui peut exister entre le surpoids, le diabète, les problèmes cardiaques, les problèmes de peau et le stress. En réalité, tous nos blocages émotionnels sont sources de stress organique et vont se manifester dans notre corps dans des zones privilégiés. C’est le corps qui répercute et dit ce que nous n’exprimons pas…

émotions mental aller mieux plein potantiel de vie
LA FORCE DE S’EXPRIMER AVEC AUTHENTICITÉ

Pour vous parler de mon exemple, j’ai longtemps porté en moi sans en être consciente, une grande colère refoulée contre mes propres parents. Un enfant qui a des parents qu’il aime plus que tout et qui font énormément de sacrifices pour lui, par loyauté, peut enfermer au fond de lui ses ressentiments, simplement parce qu’il n’a pas envie de leur faire de la peine ou par peur de perdre leur estime ! J’avais intégré la croyance que je n’avais pas le droit d’en vouloir à mes parents, qu’ils étaient aimants et généreux et même s’ils n’avaient pas répondu à mon besoin spécifique, je réprimais toute pensée et émotions à ce sujet. Je cherchais juste à être ce qu’ils attendaient que je sois. Des années plus tard, j’étais une jeune femme perçue comme douce et paisible, au point d’être parfois  approchée par des inconnus qui me disaient qu’ils étaient frappés par mon air si paisible et apaisant. J’avais tellement renié la colère comme quelque chose de malsain que mon expression même révélait ce déséquilibre. En revanche, je souffrais d’une très grande mélancolie intérieure, de tristesse, de résignation. En fait, ces sentiments s’agrippaient à moi parce que je n’osais pas exprimer le feu de ma colère et sortir de l’état de victime consentante. Aucune émotion n’est mauvaise en soi, chacune doit seulement pouvoir jouer son rôle : la colère nous indique que quelque chose ne va pas, elle n’est pas un état dans lequel on doit s’embourber, mais elle doit être acceptée et prise en compte pour nous donner l’impulsion d’agir et changer notre situation, non pas en étant dans la violence envers les autres ou envers nous-mêmes mais en faisant ce qui est juste pour notre propre respect et notre propre bonheur ; elle est souvent le signe que nous nous sommes reniés en faveur d’autrui et nous invite à exprimer notre vérité.

Je suis sûre que vous connaissez des personnes qui, dès qu’elles se mettent à parler d’un événement de leur passé ou de leur présent, deviennent ternes, émotives et parfois se mettent à pleurer à chaudes larmes ou sont prises de rage. Peut-être est-ce votre cas. Autant de blessures mal soignées. Mais au moins, celles-là s’expriment encore ! Comme je l’expliquais plus haut, chez certaines personnes, la blessure a été tellement refoulée qu’elles s’aveuglent elles-mêmes en niant l’impact que cela a eu sur elles et sont persuadées qu’elles sont indemnes et indifférentes. L’indifférence, la distance, en soi peut être un signe. Il faut être particulièrement attentif aux souffrances de l’enfance qui sont négligées, méprisées bien souvent par l’adulte qui rationalise et prend du recul et qui n’a jamais autorisé la petite fille ou le petit garçon en lui à exprimer sa douleur. Il agit ainsi comme un mauvais parent en refusant de considérer son enfant intérieur, il l’ignore et le rejette. Or ce déni, se manifestera encore dans les événements de sa vie d’adulte tant qu’il refusera de refaire le lien, de rétablir la relation. Ainsi, peut-être avez vous ressenti très vivement une parole anodine d’un camarade ou d’un parent mais en tant qu’adulte vous jugez cet événement ridicule, ce faisant vous ne respectez plus votre enfant intérieur et vous le laissez tout seul avec sa douleur. Vous avez pris à votre compte la négligence de ce camarade ou de ce parents, que vous reproduisez aujourd’hui au lieu de vous apporter considération, écoute et amour.

émotions mental aller mieux plein potentiel de vie
AU SECOURS DE NOTRE ENFANT INTÉRIEUR

Parfois, il peut être utile de demander à certaines de nos connaissances de confiance ce qu’il ressentent de nous : cela peut nous aider à prendre conscience de certains de nos blocages. Le regard que nous avons sur nous-mêmes correspond à notre propre grille d’interprétations, avec ses limites. Ainsi, il y a quelques années, plusieurs amis m’ont fait remarquer qu’ils me percevaient au début comme quelqu’un de distant et hautain, froid. Je ne me ressentais pas du tout comme cela, mais j’ai compris que cela venait de ces sentiments refoulés dont j’ai parlé plus haut et qui m’empêchait d’être tout à fait authentique et aussi de peurs rattachées au passé que je n’avais pas encore tout à fait soignées.

Nos blessures passées réactivent les émotions négatives, la peur en particulier

Notre stress latent, vient bien souvent de peurs que l’on n’ose pas regarder en face et apprivoiser et qui conditionnent notre comportement. Il nous faut alors être attentif au moment où nous éprouvons des émotions désagréables : de la même façon que les symptômes physiques, elles sont des signaux d’alerte pour nous montrer que quelque chose ne va pas, elles veulent attirer notre attention pour que nous agissions afin de rétablir les conditions favorables à l’équilibre. Elles vont se manifester dans notre quotidien encore et encore, et de façon de plus en plus marquées, jusqu’à ce que nous les regardions enfin et cherchions à entendre ce dont elles témoignent ; exactement comme ces déséquilibres physiques qui s’accroissent et se font de plus en plus oppressants et douloureux. Par exemple, la peur d’être en confrontation avec autrui et d’être rejeté peut nous amener à adopter un comportement lisse, gentil, placide mais dans lequel on se sent toujours anxieux, apeuré, limité. Notre travail est de prendre conscience de nos peur, de les considérer franchement et de les vivre en sortant de notre zone de confort et en osant se mettre en danger. Bien souvent, ces dangers sont des illusions du mental créées par un vécu ancien et l’interprétation qu’on en a eu. Tant que nous croyons en cette illusion de danger, nous sommes paralysés dans notre vie. Mais dès que nous osons nous frotter à la peur, nous commençons à l’apprivoiser et à repousser les limites de notre zone de confort.  Le livre de Lise Bourbeau nous éclaire sur les blessures fondamentales de l’être humain : humiliation, rejet, injustice, abandon, trahison. Elles ont été éprouvées dès les premières années de notre existence y compris durant la vie fœtale et vont s’exprimer dans notre quotidien à travers nos peurs et nos expériences négatives. Toutes ces peurs nous empêchent de nous exprimer à notre Plein Potentiel, d’être pleinement nous-mêmes, elles nous limitent dans nos pensées, paroles, actions et nous conduisent à une vie médiocre où nous rejouons sans cesse les mêmes scenarii de souffrance qui se cristallisent en maladies.

émotions mental aller mieux plein potentiel de vie
vous êtes votre plus grand obstacle

Ces peurs sont le reflets de ce que nous portons dans notre mental : toutes ces pensées du « pas assez » ou ce pessimisme qui nous ronge à petit feu.  Le cerveau a une plasticité incroyable, c’est-à-dire que l’on peut modeler et remodeler nos systèmes de pensées par la répétition, comme lors d’un entraînement sportif. Si vous vivez dans la pensée que le monde est injuste, que tout le monde cherche à vous avoir, que vous devez vous méfier, il est fort probable que vos émotions s’en ressentiront : vous vivrez dans l’anxiété et dans un état de fermeture émotionnelle qui génère du stress. De même vous pouvez vivre dans la peur de vous exprimer parce que vous avez intégré la pensée que vous étiez ridicule ou que vous étiez bête, ou désagréable à entendre seulement à cause d’un geste d’indifférence dans votre passé lointain ou parce que vous n’avez pas reçu d’attention et de soins dans le ventre même de votre mère… Il est nécessaire de veiller sur les pensées dont nous nourrissons notre mental et être attentif à les reconfigurer jour après jour en étant conscient de leur origine passée. Les pensées issues d’expériences négatives du passé ne doivent pas conditionner notre présent et encore moins devenir le moule de notre avenir. A nous de redevenir responsable de nos jugements sur nous-mêmes et de nous donner de l’estime et de l’amour. Personne ne peut le faire à notre place. Un être équilibré ne dépend pas de l’amour d’autrui car il sait se chérir lui-même.

Les techniques pour guérir ses émotions

J’ai découvert, au cours de mon parcours, différents moyens accessibles et performants pour agir sur le plan émotionnel et mental.

émotions mental aller bien plein potentiel de vie
DES TECHNIQUES POUR ALLER MIEUX
  • La sophrologie m’a été précieuse pour mettre à jour des émotions refoulées… tellement refoulées que je ne me doutais même pas de leur existence au fond de moi. Cette pratique m’a permis de devenir plus authentique, et aussi de renouer avec mon corps qui par les ressentis aide à savoir ce qui est bon pour nous au delà du conditionnement mental. Nous avons tendance à être coupés de ces ressentis car notre société est très mentale et nous apprend très tôt à contrôler et masquer nos émotions et leurs manifestations physiques.
  • La thérapie par le toucher et le shiatsu (sur le ventre, centre des émotions) m’ont permis d’aller encore plus en profondeur contacter mon corps et déverrouiller les blocages existants.
  • La respiration psychodynamique (adapté du rebirth) permet d’aller tout au fond de son Être et de retrouver la voie d’accès à sa vérité, son expression unique. Par le souffle, on arrive à entrer en dialogue avec le corps et à le laisser relâcher des souffrances très profondes et lointaines, de la petite enfance ou de la vie fœtale.
  • L‘EFT ou technique de Gary Craig et de Callahan est une technique à connaître absolument pour agir rapidement et efficacement sur les émotions et pensées négatives dès qu’elles se présentent et désamorcer des traumatismes passés qui y sont liés.
  • De même pour Ho’oponopono. Ces deux dernières techniques sont simples à utiliser à tous moments et par soi-même une fois qu’on en connait la pratique.
  • La méditation m’a permis de sentir quel était l’état de paix et de plénitude que je pouvais retrouver en moi. Cette pratique a donné une nouvelle dimension a ma vie et m’a redonné confiance.

Je vous invite à les découvrir pour vous aider à déverrouiller vos propres blocages. Nous les explorerons chacun (et bien d’autres…) à travers d’autres articles dont certains sont déjà disponibles !

Quand nous allons bien, notre corps va bien et inversement !

Je pense qu’il est temps de faire cesser la guerre entre cause physique et cause psychologique dans nos maux (psychosomatique ou somatophsychique !) et comprendre que chaque individu forme un tout ! Il existe des correspondances subtiles entre ces deux plans aussi une action entreprise sur l’un de ces plans aura des répercussions sur l’autre et inversement. Chaque porte d’entrée est valable et complémentaire, aucune n’est négligeable. Même si vous estimez que votre principale source de perturbation vient de vos émotions ou mental, il vous sera d’un secours inestimable d’agir sur le plan physique pour surmonter ces troubles. En plus, cela devient indispensable dans la mesure ou ce stress psychologique a déjà causé des dommages dans votre corps plus ou moins insidieux qu’il faut soigner.

Quand l’alimentation guérit les émotions

Pour illustrer cette double communication entre physique et émotionnel/mental prenons par exemple, notre alimentation : elle peut être source d’un stress intense, d’angoisse, de dépression. La junkfood est corrélée à la dépression : une étude espagnole établit  un risque 48 fois plus élevé. Il est aujourd’hui prouvé par des découvertes récentes que notre intestin est notre deuxième cerveau, c’est le système nerveux entérique et il communique directement avec notre premier cerveau via le nerf vague. Une flore intestinale déséquilibrée conditionne notre état psychique. Or l’alimentation est un facteur déterminant quant à l’état de notre intestin.

émotion mental aller mieux plein potentiel de vie
Alimenter la vie en nous

Avec une alimentation APV (voir article précédant) très alcalinisante, anti-inflammatoire et réparatrice nous pouvons retrouver une stabilité psychique perdue même en cas de coups durs. Cela peut même nous permettre de dépasser certains traumas qui perdurent : deuil, séparation, chagrin d’amour, rejet, violences qui vont susciter une déminéralisation, une perte de vitamines et inflammation importantes dans le corps causées par les réactions physiologiques du corps  au stress. En guérissant le corps on peut guérir le cœur et l’âme d’un grand choc psychologique car on calme et nourrit le système nerveux et on donne à l’organisme épuisé par le choc, la force de dépasser le trauma. Ainsi, les maladies psychosomatiques peuvent trouver une voie de résolution par le régime alimentaire. C’est important pour tous ceux, en particulier, qui s’embourbent dans leur douleur et ne parviennent pas à remonter la pente.

Sortir de la dépression et de la négativité par l’alimentation

L’alimentation vivante, est une nourriture qui contient une information de vie par son dynamisme électromagnétique. Manger vivant, soutient l’équilibre physique mais va aussi alimenter des pensées et émotions « vivantes » en nous, nous ramener peu à peu vers le mouvement, la communication, la joie de vivre, à l’image de ce qui se passera dans notre corps au fur à mesure qu’il se débarrassera de ses toxines, que les cellules pourront se réalimenter et échanger à nouveau normalement. C’est exactement ce que j’ai ressenti au fur et à mesure des années. Cette alimentation permet de soulager et de redonner l’énergie aux système nerveux, endocrinien et immunitaire et ce faisant, diminue le stress organique, ce que notre mental ressent lui aussi.

émotions mental aller mieux plein potentiel de vie
LE BONHEUR DANS L’ASSIETTE

De même la marche, le contact avec la nature, l’exposition au soleil favorise le bien-être psychique. Marcher en plein air, par une journée lumineuse, le regard au loin peut permettre de venir à bout de la dépression. Par ma simple posture physique et mon expression faciale, je peux tromper mon cerveau et restaurer mon bien-être mental et émotionnel : une posture fermée, voûtée, recroquevillée empêche le bon fonctionnement du corps et entraine en elle-même la dépression ; il suffit d’ouvrir la poitrine, les épaules, de redresser la tête et d’étirer la nuque pour tout de suite amplifier la respiration et sentir un mieux être. La respiration aide à gérer le stress, c’est bien connu. La pratique d’exercices de pranayama au quotidien peut être salvatrice.

Émotions et corps : un faisceau de correspondances !

En vérité, nous savons très bien dans le fond, que manger sainement, se promener, faire de l’exercice, cesser de s’exposer sans arrêt aux écrans, favorisera notre santé. Mais pourquoi ne le faisons-nous pas ? Sans doute parce que nous avons encore trop de freins psychologiques et qu‘ils correspondent en fait très exactement aux actes que nous perpétuons et qui nous nuisent et que nous nous promettons d’arrêter à chaque nouvelle année sans le faire jamais. Moins nous sommes équilibrés, moins nous nous respectons et nous aimons, moins nous nous accordons de vivre dans la joie et la paix et de réaliser pleinement nos aspirations, et plus nous allons avoir des habitudes de vie négatives sur le plan physique qui nous nuisent et nous usent peu à peu.

émotions mental aller mieux plein potentiel de vie
S’autodétruire ou s’aimer enfin

Le stress, la pression que nous nous mettons, nos anxiétés et craintes, nous conduisent à abuser des alcools ou cigarettes, à nous gaver de sucreries ou de nourriture bien grasse. Je sais bien que mes plus grosses fringales surgissent toujours quand je me sens moins bien et que j’ai besoin de me réconforter. Et les grand excès quand je relâche la pression après une dure période et que je cherche à m’en consoler inconsciemment. Plus nous apprenons à nous considérer et à estimer notre corps, et plus nous sommes à son écoute et répondons à ses besoins. Nos résistances psychologiques à nous faire à nous-mêmes du bien s’expriment dans toutes les agressions que nous commettons ou permettons sur notre propre corps dans le plan physique.

Restons en contact

Soyez informé de notre actualité et recevez votre cadeau : nos 10 principes clés au service de votre vitalité et de votre épanouissement

1 commentaire sur "Guérir émotions et mental pour aller mieux"Donnez votre opinion →

Laisser un commentaire